« Johnny B. Goode »

ROCK’N’ROLL

Johnny B. Goode est une chanson de Chuck Berry de 1957.

Elle raconte l’histoire largement autobiographique d’un garçon de la campagne qui « jouait de la guitare comme s’il avait toujours su en jouer ».

Chuck Berry découvre la musique dans l’église locale où il se rend régulièrement avec ses six frères et sœurs. Le curé ne s’est pas rendu compte tout de suite du phénomène qui l’écoutait religieusement. Son premier enregistrement, chez Chess, est son premier succès : Maybellene, en mai 1955. Berry enchaînera une remarquable série de succès qui deviendront des classiques du rock, tels Thirty Days, Brown Eyed Handsome Man, Sweet Little Sixteen, Roll Over Beethoven, School Day, Rock and Roll Music, Carol.

A l’image de son créateur, cette composition marque l’histoire du rock avec un grand H.

Considérée par le magazine Rolling Stone comme la septième merveille du rock, la partition a été reprise par les plus grands noms et fait partie de l’exercice de nombreux débutants de la six cordes et de nombreux cover bands.

Formations blues, pop, reggae, jazz, hard rock, métal ont toujours exploité et remis dans leur set list cette révolution musicale intemporelle. Ces reprises, par leurs différents exercices de style, ont surtout été exploitées en version live. Les stimuli générés par le tube garantissent toujours un accueil privilégié et garanti par le public. Par effet de mimétisme ou de surpassement du maître, les héritiers du surdoué de la guitare vont déployer de nouvelles mesures et des solos parfois aériens, au grand bonheur de leurs fans.

Elvis, Jerry Lee Lewis, Beatles, Hendrix, Scorpions, Judas Priest, et autres têtes d’affiche se sont abandonnés corps et âme dans l’art de la reprise. Les Sex Pistols en ont tiré une sauce british punk, Status Quo et leur riff inégalable se sont approprié le morceau sans coup férir pour leur live. Les rockers français ont fait main basse très rapidement sur l’objet: Hallyday, Dick Rivers, Mitchell (Eddy Sois Bon).

Au cinéma, la plage sera rendue célèbre par Marty Mc Fly, alias Michael J. Fox, dans  Retour vers le futur I , dans la scène fabuleuse du bal annuel, où Chuck Berry est contacté par téléphone pour écouter ce nouveau son et «en tirer parti». George Lucas l’utilisera aussi dans  American Graffiti.

Une petite sélection d’albums incluant l’opus est à votre disposition dans votre Bus 4.

Elle retrace en grandes lignes les différentes époques traversées au fil des reprises.

Un retour en arrière pour un retour vers le futur. YO

KB0114  ANTHONY B.

« Live On The Battlefield » 2001.

.

KG1485 BIG WOODY GARRET

« Mr. Boogie Woogie Nighthawk » – 1992

KL1401 HIP LANKCHAN

« I Am On My Way » – 1976

KT8292  Ike TURNER & HIS KINGS OF RHYTHM

« The Resurrection (Live In Montreux) » – 2002