Nabil OTHMANI « Tamghart In »

.1

123

123

Reaktion, 2009

MUSIQUE DU MONDE ALGERIE BLUES TOUAREG

MJ3947 (Disponible au Discobus 4)

Nabil Othmani est avant tout un Touareg, même si le découpage a voulu qu’il soit Algérien (Djanet, dans le Sud). Il est un chanteur libre, il parle, chante et compose en Tamasheq. Le destin a voulu qu’il découvre l’oud de son père et la guitare ishumar de ses frères touaregs.

On peut retrouver des similitudes avec Tinariwen (battement des mains, chansons hypnotiques) dans Menna. Mais il développe un blues touareg plus mélodieux et très musical, passant de la ballade tendre (Imidiwan, Aran Adam), à un reggae touareg étonnant (Tamarit In), incluant des distorsions de la guitare (La Hellé), des sons ambiants (Toi Désert) ou même quelques rythmes electro (Nek Ahal Wagh).

La chanson harmonieuse Tamghart In (Ma Mère), écrite par son père, se fait tendre et émouvante : « Ne dis pas : mon fils m’a oubliée… Je n’ai pas oublié que c’est toi qui m’a fait naître… Tu brilles dans mon cœur comme une étoile. » Nabil Othmani ne néglige pas non plus les autres femmes, belles et parfumées, qui sont, quand on les voit, un mirage ou le soleil (Anhedji).

Original et varié (même si le La mineur revient de temps en temps), Tamghart In est un album singulier où Nabil partage sa culture et son identité. DM

(Disponibilité de ce CD)

« Songs For Desert Refugees »

123

123

12

Glitterhouse Records, 2012

MUSIQUE DU MONDE ..MALI BLUES TOUAREG

ML5890 (Disponible au Discobus 4)

Avec leur musique toujours hypnotique et obsédante, envoûtante et attachante, les JJ Cale du désert, les nomades ishumars, les Touaregs se sont rassemblés à l’oasis de cette magnifique compilation, sous la palme, à l’ombre du nouveau conflit.

Ils chantent toujours leurs racines, leur combat, l’amour. Mais plus que jamais leur cause est déviée, volée, réappropriée par des groupes extrémistes. Leur pays est encore dans le chaos, plus de 200 000 personnes ont fui et survivent dans des camps de réfugiés.

Alors, pour venir en aide aux ONG, ils chantent ce que le désert représente pour eux : la joie et la beauté, la paix…

On retrouve les vedettes, Tinariwen, Tamikrest et Terakraft, dans des morceaux inédits : ils n’ont pas vidé leurs vieux tiroirs mais ouvert leur grotte d’Ali Baba, le génie se trouve au cœur de leurs titres.

À côté d’eux, Ibrahim Djo Experience nous sert un Blues du Désert très rock. Autre Jimi Hendrix touareg, Bombino et son Tigrawahi Tikma nous enchantent pendant plus de treize minutes en live.

Toumast penche vers la variété avec un son plus rond, moins traditionnel. Etran Finatrawa abandonne temporairement ses claquements de mains tandis que Nabil Baly Othmani les y inclut en ajoutant dans sa chanson un beau solo de percussions.

Et le désert est toujours là, aride et pur, comme Tartit, vibrant, en transe, avec une envie de partager au milieu d’eux un moment inoubliable. DM

(Disponibilité de ce CD)

..

Vous pouvez aussi acheter ce CD. L’intégralité de la vente sera reversée aux deux ONG ‘Tamouré’ et ‘Etar’ qui aident les réfugiés touaregs. (Acheter ce CD)

Extrait du Blues du Désert d'Ibrahim Djo Experience

BOMBINO « Agadez »

123

123

123

Cumbancha, 2011

MUSIQUE DU MONDE BLUES TOUAREG

ML7938 (Disponible au Discobus 4)

Tous les musiciens du Blues Touareg ne produisent pas la même musique. On pouvait s’en rendre compte à travers les deux compilations « Ishumar » et « Ishumar 2 ».

Pour s’en convaincre encore, il suffit d’écouter Omara Moctar, dit « Bombino ». Ce jeune guitariste touareg d’Agadez (Niger) a une façon de jouer très personnelle, on pense plus au blues ou à Jimi Hendrix qu’au désert.

Un album, très « guitare ».

« Tar Hani » (Mon amour) est une belle mélodie sur un rythme un peu reggae. « Kammou Taliat » (Toi, mon aimée) est beaucoup plus rock.

Bien sûr, quelques traditionnels constellent cet album rempli d’étoiles musicales : « Tenere », acoustique, avec les battements de mains habituels et surtout le très lumineux « Tebsakh Dalet » (Acacia vert), sobre et folk.

Poussez maintenant le son à fond ! « Iyat Idounia Ayasahen » (Une autre vie) est la chanson la plus forte de cet album. En live. Sur le rythme saccadé et répétitif des percussions, de la basse et de la guitare. Bombino pose sa voix douce pour entamer son blues. Mais sa guitare prend le relais pour un long solo, qui gagne toujours en puissance. Ça bouge !  ça vit ! De temps en temps, quelques youyous ou des cris d’encouragement sont poussés par le public. On a envie d’en faire autant.

Neuf minutes de bonheur. On en voudrait encore neuf autres !

Un album à emprunter ! Ou mieux : à acheter ! DM

(Disponibilité de ce CD)

BLUES TOUAREG

123

 

123

123

MUSIQUE DU MONDE   …..  MALI NIGER

Tourne ton visage vers le soleil ainsi l’ombre restera-t-elle derrière toi

 Qu’est-ce que le «  Blues Touareg » ?

Le Blues Touareg est un style de musique unique joué par les Touaregs (et parfois par les Wodaabes), dont l’instrument principal est la guitare.

Il est aussi appelé Desert Blues, Blues du désert, Touareg Rebel Music, Blues nomade ou Assouf (c’est le nom qu’ils utilisent pour le style musical et qui signifie ‘nostalgie’).

C’est un peu le rebetiko, le blues ou le fado pour les Touaregs..

.

Quelle est la caractéristique musicale du «  Blues Touareg » ?

C’est un mélange de musique moderne, de musique arabe et traditionnelle.

Au rythme des percussions ou des battements des mains, les musiciens jouent de la guitare électrique de manière décontractée et répétitive.

Le chanteur entonne sa ligne de chant puis les autres musiciens-chanteurs la reprennent à leur tour..

.

Où vivent les musiciens ?

Les Touaregs, peuple de nomades berbères, vivent dans le Sahara : au nord du Niger et du Mali, au sud de la Lybie et de l’Algérie, ainsi qu’au Burkina Faso. On les appelle parfois les hommes bleus (à cause de leurs vêtements). Ils parlent le Tamasheq et leur écriture est le tifinagh.

Les Wodaabes, peuple de nomades peulhs, vivent, eux, au Sud du Niger, au nord du Nigéria et au nord-est du Cameroun. On les appelle aussi parfois les Bororos..

.

Touareg, touarègue, targui, ishumar, Tenere ?

Touareg est le pluriel de Targui.

Mais en français, on dit aussi un Touareg, des Touaregs. (féminin : touarègue)

‘Ishumar’ signifie ‘chômeur’ : ce sont des Touaregs qui se rendent en ville pour se faire un peu d’argent en prenant des petits boulots par ci par là.

‘Tenere’ veut dire ‘désert’ dans la langue des Touaregs. Le pluriel est ‘Tinariwen’. Le désert du Tenere est la partie centrale du Sahara..

.

Quelle est son histoire ?

L’histoire du Blues Touareg est ancrée dans l’histoire de la rébellion touareg des années 1990.

En 1990, au Niger, quelques Touaregs tentent de faire évader leurs amis ishumars qui ont été emprisonnés parce qu’ils protestaient. Mais ça tourne mal : un gardien est tué et ils s’enfuient.

La nouvelle fait le tour du pays et des soldats sont envoyés pour fouiller la région. Hélas, ceux-ci arrêtent, torturent et tuent de nombreux Touaregs – on parle de 700 à 1500 victimes. Beaucoup de Touaregs fuient vers le Mali voisin.

Mais ce n’est pas mieux là-bas. Les Touaregs du Mali sont considérés comme des étrangers et n’ont jamais été intégrés à la vie institutionnelle. Au Niger comme au Mali, les attaques touarègues conduisent à des réactions musclées des armées respectives des deux pays.

Le conflit opposant les forces gouvernementales aux Touaregs dure quelques années.
Plus les choses vont mal, plus on entend la musique qui chasse les mauvais génies, afin de retrouver l’harmonie dans l’espace et le temps.

Les Touaregs portent musicalement les revendications de leur peuple pendant la rébellion, ils répandent des messages de révolte dans leur langue. À tel point que les gouvernements en interdisent l’écoute.

En 1995, suite à une conférence internationale sur le développement à Tombouctou, un retour au calme apparaît et le processus de paix semble s´enclencher au Mali..

.

Sur quels instruments est joué le Blues Touareg ?

L’instrument principal est la guitare électrique (parfois acoustique), elle est jouée de manière décontractée et répétitive. Comme ils n’avaient pas beaucoup d’instruments, ils ont pensé que la guitare leur permettrait de mieux communiquer leur message.

L’imzad (violon touareg monocorde joué exclusivement par les femmes).

Le tazammart qui est la flûte des bergers..

.

Quels sont les artistes les plus renommés ?

Tinariwen, Tamikrest, Toumast, Etran Finatawa, Terakaft.

Sur les deux compilations Ishumar et Ishumar 2, on peut retrouver ces artistes connus et d’autres plus récents ou de régions différentes..

.

Quels sont les médias à écouter, à voir ?

Le discobus 4 présente un choix de grands groupes de Blues Touareg.

Quelques médias sont à épingler :

La compilationIshumarcomprend les très grands groupes : Tinariwen, Terakaft, Etran Finatawa, Tamikrest, Toumast… Indispensable pour découvrir le Blues Touareg ML5887 (Disponible sur demande)

La compilation « Ishumar 2 » présente de nouveaux groupes ou chanteurs de Blues Touareg, provenant d’autres pays que le Niger ou le Mali. ML5889 (Disponible sur demande) voir article sur ce blog

  « Imidiwan » de Tinariwen ML6919 et leur dernier CD « Tassili » ML6877 (Disponibles au Discobus 4). Le groupe le plus connu de Blues Touareg. En concert ce 19 octobre à l’Ancienne Belgique.

Tamikrest est l’autre groupe malien très connu de blues touareg. « Toumastin » est leur dernier album.  » Guitares rock, chants de lutte et parfois une certaine touche reggae ou psyché seventies « . ML6874 (Disponible au Discobus 4)

L’album « Agadez » de Bombino apporte un blues touareg plus rock avec de beaux solos de guitare. Sans doute mon préféré. ML7938 (Disponible au Discobus 4) voir article sur ce blog

Le CD « Tin Hinane » de Kel Assouf est assez mélodieux et comporte quelques chansons en français et de beaux passages à la flûte. ML7964 (Disponible au Discobus 4)

« Imuhar » est un très beau film de 1997 sur les Touaregs – qui se dit Imuhar (les hommes libres) dans leur langue. Suite au décès de sa mère française, un jeune garçon retourne dans la tribu de son père touareg. Il y fait l’apprentissage de la vie et des coutumes touarègues… De très belles images, une découverte des us et coutumes et une belle histoire. Magnifique. VI4420 (Disponible sur demande)

« Tarkat Tajje » (« Let’s Go ») du groupe Etran Finatawa est un album de blues touareg joué par des musiciens wodaabes nigériens. ML7952 (Disponible sur demande) voir article sur ce blog

Deux documentaires DVD aident à comprendre la rébellion touarègue et l’importance de la musique dans cette rebellion.

« Desert Rebel » sur la rébellion des Touaregs dans les années 90. TJ2539 (Disponible sur demande) et le documentaire sur les guitares touarègues et Tinariwen : « Teshumara, les guitares de la rébellion touareg » TB7863 (Disponible sur demande)

Ecouter aussi les albums de Toumast (autre groupe très connu dans le blues touareg) et lire l’interview du chanteur par Etienne Bours sur le site de la Médiathèque Lire cette interview

Mise en évidence du 18 octobre à fin décembre 2011. DM

ETRAN FINATAWA « Tarkat Tajje » (« Let’s Go »)

123

1

123

23

Riverboat Records, 2010

MUSIQUE DU MONDE BLUES TOUAREG

ML7952 (Disponible sur demande)

L’”Etran Finatawa”: recette de Blues Woodabe (variante de la recette de blues touareg.

Ingrédients:

– rythmes répétitifs, lanscinants, hypnotiques
– guitares décontractées
– voix qui chante une ou plusieurs phrase(s) reprise(s) par les autres musiciens.
– musiciens Touaregs et Peulhs-Woodabe (on les distingue des Touaregs à leurs vêtements traditionnels et aux peintures sur leurs visages, mais aussi à leur culture et à leurs chants différents).

Recette :

Comme pour le Blues du désert, commencez d’abord par le rythme. Il faut le battre de manière répétitive. Pas avec les mains cette fois mais plutôt avec des percussions en bois. Utilisez ce rythme quasiment pour chaque morceau, votre Blues touareg n’en sera que plus consistant.

Laissez les guitares jouer sans vous stresser, que tous les morceaux soient orientés sur le “Si” de la gamme. Ajoutez cependant des solos élégants, distillés juste au centre de chaque part.

Égrainez doucement la voix juste après les rythmes et les guitares : elle doit entonner une ligne de chant qui sera reprise par les autres musiciens. Essayez des thèmes sur la fraternité (“Aitimani”, “Kalamoujar” et le magnifique “Aitma” , l’identité, l’exode, les conditions de vie (“Duuniyaaru Dillii‘”, “Diam Walla”), cela donne du goût aux différents morceaux.

Enfin, pour donner un piment local, insérez un vrai traditionnel (“Daandé”), sans guitare, avec le battement des mains et une voix un peu plus nasillarde.

Vous laissez mijoter le tout au four du désert nigérien durant soixante-trois minutes et vous obtiendrez un excellent blues que vous pourrez savourer avec un verre d’eau fraîche… “Let’s go” DM

(Disponibilité de ce CD)

Ishumar 2 – Nouvelles guitares touarègues

123

12123

 

Reaktion, 2011

MUSIQUE DU MONDE ….MALI – NIGER – ALGERIE

ML5889 (Disponible au Discobus 4)

Le blues du désert est apparu dans les années 80-90, pendant le conflit armé qui opposait les Touregs au Mali et au Niger. Ce blues touareg reflète leurs revendications, leur souffrance, leur révolte, à tel point que les gouvernements de ces deux pays les avaient censurés. Leur musique est essentiellement jouée à la guitare, acoustique ou électrique, dans un style mêlant le blues, le rock et la musique traditionnelle touarègue. Leurs textes parlent de politique, de guerre, d’amour, de déracinement, et parfois aussi de paix.

Ishumar signifie « chômeur » car les combattants se rendaient en ville pour gagner un peu d’argent et reprendre la route. C’est aussi le nom de deux compilations de blues touareg dont voici le deuxième volet.

Le groupe le plus emblématique du blues saharien est Tinariwen. Dans leur lancée, ils ont entraîné nombre d’autres groupes. Dans cette compilation, l’accent est mis davantage sur la nouvelle vague de musiciens d’origines variées (Mali, Niger, Algérie, mais aussi exilés en France, Belgique ou Italie).

Si la guitare est toujours l’instrument essentiel, on peut découvrir des instruments moins utilisés dans ce genre musical, comme la batterie (Tiwitine) et la flûte (Imidiwane).

«Alghafiat» (de Amanar) est certainement la chanson la plus étonnante avec ses accents de rap et sa flûte discrète. La douce « Imidiwane » chantée par Kel Assouf est apaisante, comme la tendre « MNJ » qui plane sur le désert nigérien, ou « Temilit Imajighen » chantée sur un motif répétitif à la guitare. DM

(Disponibilité de ce CD)