RENDEZ-VOUS DU DISCOBUS : JOHN COLTRANE

140318 Coltrane 2 folderConférence
par Hugues Warin

L’œuvre de John Coltrane est un fil continu. Un fil tendu entre ses débuts professionnels et la fin de sa vie. Entre la recherche quasi scientifique d’une grammaire harmonique personnelle et l’aboutissement à cette fièvre, ce jeu physique, cette musique dans laquelle la mise à l’épreuve du corps s’agence avec la maîtrise du langage.

Entre ces deux moments, une quinzaine d’années pendant lesquelles le musicien ne s’autorise aucun repos. La vie de John Coltrane est une longue suite de moments « off », de répétitions solitaires dans des loges, des chambres d’hôtels, des lieux en tout genre qui abritent son labeur personnel, et bien sûr de grands moments « in », les disques, les tournées, les festivals et leur lot de traces, de documents attestant que cet homme a bien existé.

Ses débuts timides, son passage chez Miles Davis et Thelonious Monk, la constitution de son quartet et les dernières années avec la jeune garde du Free-Jazz, toutes ces périodes ne s’articulent pas par ruptures mais dans une continuité, une quête de sens et de spiritualité dont l’origine remonte aux traumatismes de sa jeunesse. Spiritualité non-exclusive, car Coltrane n’est pas l’homme d’une religion ou d’une pensée. Sa force se nourrit de tout ce qu’il peut trouver de bon quelle qu’en soit l’origine culturelle, religieuse ou philosophique.

Pour saisir cette ivresse « coltrainienne », à côté des grands classiques que sont Giant Steps, My Favorite Things, A Love Supreme ou Ascension, il y a de nombreux « Live », des rééditions augmentées de bonus, d’ « alternate takes » ; l’œuvre physique de Coltrane ne cesse de grandir plus de quarante ans après sa mort. C‘est peut-être ce foisonnement qui témoigne le mieux de l’urgence dans laquelle était pris le saxophoniste ténor le plus unanimement accepté tant chez les apprentis-jazzmen que chez les plus extrêmes représentants des musiques expérimentales actuelles.

________________________________________________________________________________________________

Où ?             à HUY  Dans le Discobus : Avenue Godin-Parnajon (en face de la piscine)

Quand ?     Mardi 18 mars 2014 à 18 h 00 (durée 1 h 15)

Entrée ?    Accès gratuit – Réservation souhaitée Contactez-nous –   Apéro offert

Oliver LAKE «NTU: Point From Which Creation Begins»

Universal Sound 1971- réédition 2012

JAZZ SPIRITUAL JAZZ

UL0980 (Disponible au PointCulture mobile N°1)

Oliver LAKE NTU Point From Which Creation Begins  PointCulture mobile 1L’album s’ouvre avec Africa, quelques percussions légères -sanza (piano à pouces), congas, sonnette, divers petits instruments-, dans une ambiance de douce torpeur de savane africaine, nous amenant d’emblée au berceau de l’humanité, l’endroit où la création commence. Des cris de singe, quelques sifflements d’oiseaux et un grondement de lion, émis par des instruments improbables, complètent le tableau. Une ligne de basse, simple et claire, organise le chaos, installe le suspense, tandis que des notes de piano se détachent sur fond de barrissements d’éléphants d’abord lointains puis plus proches, lancés par les cuivres. Ce tableau naturaliste sert de toile de fond à quelques ambiances sonores prenantes, et à quelques envolées free.

Pour Tse’lane, changement d’atmosphère radical : une flûte traversière entame une mélodie aérienne, soutenue par une basse sautillante et un piano agile, reprise par les cuivres puis par la guitare électrique.

Sur Electric Freedom Colors, un patchwork de percussions légères et de bruitages divers, ponctués de petits cris, introduisent la guitare et la trompette, qui se répondent dans en entremêlât de notes. Et encore cette ligne de basse qui structure les accès d’autonomie des instruments.

Eiree est très introspectif : longues notes tenues et percussions en contrepoint, tandis que Zip termine l’album de manière débridée.

Ces expérimentations sonores sont caractéristiques du début des années 70. L’album date de 1971, mais se laisse encore écouter avec curiosité et fraîcheur. C’est free, c’est léger et profond.

Oliver Lake est une figure importante du jazz d’avant-garde, il est co-fondateur du Black Artists Group (équivalent pour Saint-Louis de l’Art Ensemble of Chicago) et a longtemps joué avec Julius Hemphill, au sein du World Saxophone Quartet.

NTU: Point Fom Which Creation Begins est son premier album solo, et est représentatif de ce que l’on appelle le deep spiritual jazz. ML

(Disponibilité de ce CD)

Sélection 2012 : Jazz

2012 jauneÀ l’aube de 2013, nous pouvons jeter un oeil dans le rétroviseur.

Voici donc nos coups de coeur 2012.

Si vous êtes passés à côté de ces médias, peut-être est-ce le moment de les (re)découvrir… L’équipe du discobus 4

SELECTION 2012 JAZZ

Sélection de Michel Lantin

alexandra_grimal_andromeda discobus4UG7691

Alexandra GRIMAL

« Andromeda »

bojan_z_soul_shelter discobus4UZ7407

Bojan Z

« Soul Shelter »   (voir la chronique)

jacques_irotton_stringly_612 discobus4UP6625

Jacques PIROTTON

« Stringly 612 »

jef_neve_sons_of_the_new_world discobus4UN3298

Jef NEVE

« Sons Of The New World »

wes_montgomery_echoes_of_indiana_avenue discobus4UM7386

Wes MONTGOMERY

« Echoes Of Indiana Avenue »

RENDEZ-VOUS DU DISCOBUS 4 : Rencontre avec Jacques STOTZEM

ROCK JAZZ

Jacques Stotzem est le meilleur guitariste de « finger-picking » en Belgique, et il jouit dans ce domaine d’une grande réputation au niveau mondial.

En virtuose, il apporte à cette technique une nouvelle dimension, pliant son jeu à tous les courants des musiques d’origine afro-américaine : blues, rock, jazz, folk.

Son album Catch The Spirit revisite des grands standards du rock. Passionnant et impressionnant.

Pour son dernier CD Lonely Road, il revient à ses propres compositions, dans sa veine plus traditionnelle, et nous propose une palette de mélodies empreintes de folk, de jazz et de blues.

Il nous parlera de ses débuts, de ses influences, de sa technique, des rencontres qui l’ont marqué, et, bien sûr, il jouera beaucoup.

______________________________________________________________________

Où ?             à HUY  Dans le discobus : Avenue Godin-Parnajon (en face de la piscine)

Quand ?     Dimanche 18 novembre012 à 11 h 00

Entrée ?    Accès gratuit – Réservation souhaitée – discobus4@lamediatheque.be   – Apéro offert  Malheureusement tout est déjà complet.

Site de Jacques STOTZEM  http://www.stotzem.com/

______________________________________________________________________

Discographie disponible à la médiathèque

RENDEZ-VOUS DU DISCOBUS 4 : Rencontre avec ALAIN PIERRE

JAZZ

Alain Pierre est compositeur, arrangeur et surtout guitariste de jazz.

Son jeu tout en subtilité s’épanouit aussi bien en solo qu’en duo, avec Barbara Wiernik ou Steve Houben.

Dans le discobus, il nous racontera ses influences, ses goûts et ses choix artistiques, son parcours de musicien professionnel, en Belgique et ailleurs.

Et il interprétera bien évidemment quelques-unes de ses compositions.

Un chaleureux moment d’échange en perspective, d’autant que l’apéro sera offert.

______________________________________________________________________

Où ?             à HUY  Dans le discobus : Avenue Godin-Parnajon (en face de la piscine)

Quand ?     Dimanche 28 octobre 2012 à 11 h 00

Entrée ?    Accès gratuit – Réservation souhaitée – discobus4@lamediatheque.be   – Apéro offert

Site d’Alain PIERRE  http://www.alainpierre.com/

 

______________________________________________________________________

Discographie disponible  :
UP6187  Alain PIERRE & Steve HOUBEN

« Dolce Divertimento » 2007

UP6186 Alain PIERRE, Fawzi CHEKILI, Steve HOUBEN, Hichem BADRANI

« Anfass » 2000

RENDEZ-VOUS DU DISCOBUS 4 : TWO RIVERS

JAZZ & MUSIQUE ORIENTALE

Robert Micin nous emmène dans les territoires des rencontres a priori improbables entre le jazz et la musique du Moyen-Orient. Le point de départ est Amir El Saffar, trompettiste jazz américano-irakien qui marie le free jazz aux règles du maqam, une musique traditionnelle irakienne.

De là Robert Micin nous amène à nous interroger sur les notions de tradition et de modernité, à découvrir d’autres musiciens pratiquant les rencontres de répertoires tels Ibrahim Maalouf et à noter les similarités entre des enregistrements jazz de Sonny Rollins et Ornette Coleman et ceux du joueur de oud Mounir Bashir.

Une occasion d’écouter désormais autrement la musique orientale.

______________________________________________________________________

Où ?             à WELKENRAEDT  dans le discobus :  devant le Centre Culturel

Quand ?     Vendredi 21 septembre 2012 à 19 H 30

Entrée ?    Accès gratuit – Réservation souhaitée – discobus4@lamediatheque.be

______________________________________________________________________

FESTIVAL D’ART DE HUY

MUSIQUES DU MONDE – JAZZ

Le Festival d’Art de Huy est de retour, du 17 au 22 août 2012, proposant une belle palette de musiciens du monde. La cuvée de cette saison sera un peu plus jazz, avec, en point d’orgue, une carte blanche à Eric Legnini.

Le Discobus 4 s’associe à cet événement en vous proposant une sélection des CD enregistrés par tous ces artistes, vous pourrez ainsi mieux les connaître avant d’aller les écouter pour de vrai, et les retrouver ensuite, pour prolonger le plaisir. ML

Quelques CD présentés au Discobus 4 :

MN4451  Aurélia

« Hypnogol – Journal d’un capitaine » – 2007

UA4910 Laila AMEZIAN

« Initial » -1998

UG0864 Renaud GARCIA-FONS

« Arcoluz » – 2005

UL3245 Nguyên LÊ

« Bakida » – 2000

UL3667 Eric LEGNINI & The Afro Jazz Beat

« The Vox » – 2011

YA0003 Tuur FLORIZOONE

« Aanrijding In Moscou » – 2008

111

UT7529 Tricycle

« Queskia ? » – 2011

212

UP9181 Tutu PUOANE

« Quiet Now » – 2009